Vérification automatisée des pièces justificatives

// les enjeux de la vérification automatique de pièces justificatives

L’inflation réglementaire entraîne une forte hausse des dépenses de conformité à travers notamment l’accroissement massif des effectifs (fonctions contrôle, risques et conformité).

Dans le même temps et malgré ces investissements, les amendes sont en forte hausse. Entre 2009 et 2018, 145Md$ ont ainsi été versés par les principales banques européennes selon le BCG.

En parallèle, les applications de l’IA se développent. Selon Gartner, 59% des entreprises internationales ont lancé des investissements dans l’IA. La raison de ce succès ? Plus de puissance de calcul, de meilleurs algorithmes en « learning », et un accès à la donnée d’apprentissage quasi-illimité.

EN PRATIQUE

Offrir aux utilisateurs un accompagnement temps réel à la soumission et ainsi garantir un dossier client complet et conforme.

La vérification automatisée des pièces justificatives permet d’analyser de façon 100% automatique la qualité d’image des documents envoyés, leur validité et leur cohérence vis à vis des informations transmises.

Elle contrôle ainsi l’authenticité des documents reçus (éléments de sécurité, connexion à des référentiels externes, etc.) afin de détecter les tentatives de fraude documentaire.

Vos obligations règlementaires sont ainsi automatisées et votre risque de fraude diminue significativement.

// LES ÉTAPES DE LA VÉRIFICATION AUTOMATISÉE DE PIÈCES JUSTIFICATIVES

Qualité des images

La première étape des contrôles consiste à vérifier la qualité des images transmises (résolution, niveau de flou, de bruit et de contraste).
Si la qualité de l’image n’est pas suffisante pour être traitée, un message clair explique à l’utilisateur comment améliorer sa soumission.

Type et validité des documents transmis

La seconde étape consiste à vérifier que les justificatifs transmis sont bien ceux attendus et valides. Les pièces reconnues à ce jour sont : documents d’identité (CNI, passeport, carte de résident, permis de conduire), RIB, feuille de paie, avis d’imposition, facture télécom, quittance et échéancier d’énergie (électricité, gaz et eau), certificat d’immatriculation, taxe foncière.

Cohérence avec le dossier

La troisième étape consiste à comparer les données extraites des documents avec les informations du dossier.

Sur l’ensemble des documents, il s’agit principalement du nom, du prénom et de l’adresse du client. Mais aussi de la date de naissance et du sexe sur les documents d’identité.

A l’issue de ces trois premières étapes, les dossiers seront réputés complets et conformes.

Authenticité

Une quatrième étape consiste à analyser l’authenticité des justificatifs transmis. Ces contrôles sont spécifiques à chaque document (éléments de sécurité, connexion à des référentiels externes, etc.).

L’Intelligence Artificielle a changé la donne. Son intégration dans les outils de souscription à distance fiabilise, grâce à l’apprentissage via le deep learning, l’extraction de données, en ajoutant leur vérification, tant bien même des documents mal restitués par une photo prise à la volée avec un smartphone.

Aujourd’hui, en effet, les utilisateurs souhaitent pouvoir transmettre par le même canal tous les documents nécessaires à la finalisation de leur transaction. Pour eux, plus question d’attendre : l’immédiateté est devenue la règle.

Intégrée dans les outils de souscription à distance, l’IA a donc créé une véritable rupture dans l’expérience client, en la fluidifiant, boostant ainsi la souscription digitale en temps réel.

Efficacité opérationnelle

avec plus de visibilité sur le « pipe » de souscriptions et l’accélération du traitement des dossiers clients

30 %
des dossiers entrants sont complets et conformes

Détection

des tentatives d’usurpation d’identité et de fraude documentaire

ZOOM SUR TRUST AND SIGN

La solution d’entrée en relation et de souscription digitales

Trust and Sign répond aux principaux enjeux de l’entrée en relation et de souscription à distance en offrant notamment des solutions de :